Line
"Sites et Influenceurs Santé-Bien-être" : Bilan années 2010 / Perspectives années 2020
30 Juil

"Sites et Influenceurs Santé-Bien-être" : Bilan années 2010 / Perspectives années 2020

 

À partir de 2010 les sites sur la santé et le bien-être ont explosé.

 

La demande a été vaste, car la population a eu besoin de guide au milieu d'un environnement urbain, alimentaire, et de stress qui ont menacé et menacent encore l'équilibre et le bien-être humain. Cela à mesure que la mondialisation continue de détruire les bases traditionnelles, qu'augmentent la pollution, la technologie, la rapidité de tout, l'overdose d'informations...

 

Toutefois qu'en est-il en ce début des années 2020, qu'est-ce que cette décennie conclue et annonce ? Elle qui s'annonce elle-même particulière avec ce début d'année sur fond de confinement pour raison de pandémie.

 

Je dois dire que j'ai été surpris du peu de réaction de la médecine conventionnelle, des universitaires, des institutions durant cette décennie d'angouement pour l'alternatif, médecine douce, parallèle, thérapies nouvelles, etc. Il semble qu'en ce début 2020 des voix s'élèvent contre.

 

 

Faisons le point sur ce qui a fait son temps, ce qui n'a jamais marché, les faux-semblants, et voyons ce qui a porté ses fruits.

 

Enfin, voyons la perspective pour la décennie 2020.

 

 

Table des parties :

 

1/ Un Mikado d'informations !

2/ La valse des mouvances qui finissent par s'imiter

3/ Trop de posture, pas assez de polarité

4/ Ce qui a porté ses fruits

5/ Peu de prise en compte du contexte global des individus

6/ Le business du bien-être : légitime ou foireux ?

 

 

 

 

              Un Mikado d'informations !                

 

mikado

 

Une saturation d'informations santé-bien-être, impression de déjà-vu sans grande efficacité, conformisme des approches et du style, l'impression que cela devient de la soupe, mille fois mangée.

Une profusion de sites en tous genres, proposant des foules d'informations, de données, de dossiers, d'analyses, de points de vues, d'approches.

 

Des sources officielles comme "manger bouger" "manger cinq fruits et légumes par jour" "évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé".

 

Des sites d'autorité, certains étant des magazines en kiosque bien connus, ou encore des sites d'indépendants comme des naturopathes, des thérapeutes.

 

Des sites complotistes de bas niveau.

 

Beaucoup de blogs comme celui-ci, de monsieur tout le monde qui fait part de ses découvertes, recherches, parcours, synthèses de connaissances suite à quelques années de passion pour le sujet, et souvent parce qu'ayant eux-même dû trouver des alternatives santé suite à des problèmes sans réponse classique, et cela a pu donner du bon, du très bon, du mauvais et parfois du pire ! c'est internet ! Oasis miné !

 

Les plus néfastes sont ceux de type :

 

 

hippie peace and love débile- New-age, babacool, les délires énergétiques ((( et pourtant je suis un féru de Qi Gong, d'ésotérisme Européen et Indien, de sagesse Taoiste ))) mais cela n'a rien à voir avec les disciplines ancestrales originales, on a ici des versions dévoyées, à la sauce sarouel-bonnet péruvien-tatouage et gauchisme sans tradition, et cela est risible si ce n'est pas pris au sérieux.

- Informateurs militants, comme les Végans, moralisants, ultra agressifs et pas ouverts au débat, trop émotionnels et bornés pour prendre en compte les nuances et les simples lois évidentes des lois de la nature.

- Développement personnel, et son armada de "life coach" fatigants, perremptoires, culpabilisant, avec un culte de la virilité ou du dépassement de soi plus stressant qu'édifiant, bien souvent eux aussi ayant des courants truffés d'erreurs, qui se répandent en se mimant et se répétent les uns les autres, avec un individu réifié, c'est à dire pris isolément, sans le paramètre social, environnemental, communautaire.

génie premier de la classe sale gueule- L'ultra-scientifique : ceux qui n'ont de cerveau qui s'active que si des études leur permettent de l'activer sauf que bien souvent on se contente d'opposer des résultats et non pas de penser ((( or la raison est le propre de l'homme, supérieure à la simple observation scientifique )). Ceux qui n'ont à la bouche que des études, ces études ne sont bien souvent pas lues, et encore moins vérifiées de façon critique dans les méthodes utilisées ((( puisque les méthodes conditionnent les résultats du tout au tout ))), et pas non plus comparées en terme de méthode et de résultats. Comme si les "études" étaient des textes de l'évangile selon Docteur Untel !

Alors que le simple fait que les études se contredisent dans le présent et encore plus dans le temps, devrait leur indiquer l'impossibilité de la fiabilité absolue. Mais la science et l'idéologie ayant pris la place de la religion on peut comprendre ce besoin de croire aveuglément dans la science.

 

Que les choses soient claires, je ne suis pas un anti médecine et système de santé classique primaire. Bien au contraire. Je pense qu'elle est nécessaire, et doit continuer de primer dans tout ce qui est curatif. Toutefois au sujet de la prévention, de l'environnement complexe et néfaste moderne, de l'éducation aux bons comportements qui préviennent ou permettent de favoriser le retour à la santé et au bien être, que je trouve que le système de santé classique n'est pas à la hauteur, et particulièrement par rapport au bien-être psychologique duquel dépend le reste, il n'y a quasiment rien là-dessus pour le grand public, je pense que les causes sont si profondément liées au choix de société que l'on fait en tant qu'Etat, que trop de choses seraient à remettre en question, y compris des pouvoirs en place.

 

 

Un sujet sans fin et impasse

 

La physiologie est vaste, parce qu'elle peut traiter autant de l'activité physique, de la nutrition, des émotions, de l'environnement.

Le bien-être correspond à la vie elle-même, le sujet est inépuisable, il ne peut pas passer de mode. Mais la forme oui.

Alors les informations, les interprétations, les courants, les études, sont infinies, et sans cesse sous la pression de nouvelles tendances qui font autorité, sauf qu'autorité peut faire loi dans les têtes pendant quelques années, mais pas dans l'absolu de la réalité, ou des réalités spécifiques de chacun.

C'est pourquoi il nous est tous arrivé, en lisant et écoutant les différents avis, discours, d'avoir des thèses complètement opposées et pourtant défendues bec et ongles.

stress écranIl m'est arrivé parfois de lire certaines approches sur la nutrition où on ne pouvait plus rien manger qui ne soit néfaste. Littéralement. J'ai même essayé des approches ultra restrictives, que les auteurs savent présenter de façon si docte, et pourtant il ne s'agit bien souvent que d'une simple bêtise bien formulée. Mais enfin,quand je pense que j'ai pu ne serait-ce qu'essayer, je me dis que je ne peux pas trop les prendre de haut.

 

A écouter tout ce petit monde on se perd, on ne sait plus ce qui est bon, on a l'impression que tout n'est que problèmes sans solution, ce qui devait nous apporter un mieux être n'est plus qu'un stress sans radicale positivité, on n'a pas ou si peu de résultat, à quoi bon ?

danger important panneau

 

Savoir vs Comprendre : Parfois le trop d'information tue la compréhension, cela peut aussi amener à penser de travers comme croire que le corps n'est qu'une machine qu'on peut réparer comme on répare une voiture avec un mode d'emploi, un protocole, et que plus on a d'informations et plus on saura faire, alors que ce qui compte est d'avoir certes les bonnes informations clés et suffisantes selon le domaine, et surtout de comprendre comment cela fonctionne, du corps à l'esprit ou psychologie, en passant par l'environnement matériel, social, et énergétique, en cherchant la simplicité de l'action et du comportement à adopter, qui s'intègre comme dans un gant et même avec bonheur dans notre vie quotidienne pratique.

Cela dit, bien que je regrette tant de perte de temps, je ne regrette pas les bijoux trouvés tout au long de cette quête, c'est comme la recherche pour la ruée vers l'or, beaucoup de boue pour quelques pépites d'or.

 

La valse des mouvances

qui finissent par s'imiter

 

Lorsqu'on navigue d'un site à l'autre, en matière de santé bien-être, on a presque l'impression qu'ils se sont passé le mot.

 

Tous pour le même style du sage lisse et tout clean

Alors bien évidemment, il y a un phénomène social, tout à fait humain, qui consiste dans un certain mimétisme, cela est naturel, toutefois la variété aussi se trouve dans la nature, et lorsqu'on se rend compte que l'on a une sorte de redite, de même ambiance, même tonalité, précautionneuse jusqu'au maniérisme qui ne dit plus rien, polie jusqu'à l'insipidité, le déversement de bons sentiments jusqu'à la niaiserie et le manque d'audace dans les points de vues, sur la forme, comme sur le fond, alors la question de la capacité à impacter réellement se pose, ils finissent tous par présenter une devanture si proprette, si hygiéniste sur l'image comme dans le sentiment, que ceux qui viennent avec leurs tares, leurs "mauvaises" tendances, leurs faiblesses, leurs addictions, leurs inavouables penchants, peuvent éviter de fréquenter plus assidument ces sites, comme un pauvre pécheur dans une belle église pleine de bons sentiments, écrasé par tant de morale feutrée, qui veut bien se sentir "sauvé" le temps d'être à l'intérieur, mais qui sait qu'il ne pourra pas garder ce sentiment dans sa vie quotidienne avec son côté obscure, côté caché, tendances inconscientes, que nous avons tous.

 

Variété des styles ou monotonie du genre

L'on gagnerait à ce que les sites santé-bien-être travaillent leur originalité dans le style, la communication. Comme pour tous les domaines, un fond ne saurait s'exprimer sans la forme appropriée, et l'expérimentation de la forme doit suivre l'évolution du fond et des besoins des gens, à une époque donnée.

Cela me fait penser aux courants musicaux, comme le rock et d'autres qui peuvent commencer par quelques grands styles superbes, puis l'offre se multiplie en imitant ce qui marche, mais au bout d'un moment on a l'impression de réentendre le même morceau, cela devient redondant, la sève est épuisée.

Ceux qui savent faire le même courant dans un style imprégné de petites nouveautés gardent une fraicheur plus longtemps.

 

        Trop de posture, pas assez de polarité       

 

Une surface sans fond

Dans la lignée du sujet précédent, lorsque le fond d'un courant ou d'un sujet semble avoir été épuisé, ou n'arrive pas à s'adapter à l'évolution des choses et de la société, à se renouveller, ou simplement qu'il a fait son temps, et bien ceux qui continuent de se leurer et leurer les autres sur la pertinence de l'approche, ou même de vouloir garder leur petit commerce sur ce créneau malgré les changements de fond dans le contexte, et bien ils/elles se mettent à adopter ce qu'on appelle des postures. Où il n'y a plus qu'un style bien précis, mais la coquille est vide, le fond n'y est pas. Une pose de comédien. Et là encore je n'ai rien contre la comédie sociale, nous sommes tous d'une certaine façon des comédiens depuis notre enfance, mais l'art consiste à jouer le jeu, le théâtre social, tout en jugulant avec la réalité, la consistance, sans quoi le jeu lui-même sonne creux.

Cette posture tend à se faire passer en général pour quelqu'un de sage, ou mister-tout-pur, mister-zorro-de-la-giga-tolérance, ou bien de faire passer la démarche comme étant toute de pureté, toute positive, toute sirop à la fraise, toute sans négativité, sans même évoquer les sujets qui fâchent, de peur de casser le mythe - soit si fragile - de la zénitude absolue, en toute circonstance ((( du moins celle qui est présentée publiquement, on ne les voit pas dans les situations et moments de stress et de creux pour voir à quoi tient la façade ))).

 

Absence remarquée du "côté obscure de la force" !

A tel point que les forces qui justement agissent dans l'ombre, les forces inconscientes, pas très présentables, pulsions refoulées, états d'âmes négatifs et mauvais et qui font partie intégrante de notre être, que cela vienne de notre psychologie, ou de l'extérieur dans la société, ce n'est plus pris en compte, tandis que ce sont justement ces forces, tendances, qui font nos comportements, pour la plupart inconscients.

Oui, nous sommes presque des somnembules persuadés d'être en total contrôle, et nous sommes tous mignons dans notre mégalomanie à croire que notre conscient est plus fort que notre inconscient, alors qu'un travail psychologique sur soi-même devrait être une priorité pour tout un chacun pour justement embrasser et donner un équilibre et une issue à toutes les tendances, énergies négatives et positives qui nous constituent.

C'est donc contre-productif de présenter un modèle, une vitrine toute "acceptable", car justement ce sont souvent des forces inconscientes qui amène tant de personnes à tomber dans le mal-être, les travers de santé, et cela empêche le passant de s'identifier au discours, à la méthode. Il manque l'exposition et le traitement de la polarité négative qui façonne de l'intérieur et de l'extérieu l'individu.

 

Des fissures sur la façade

 

Il est impossible de nier nos puissantes forces inconscientes, positives et négatives. C'est la raison pour laquelle, les habitudes, dans lesquelles agissent ces forces inconscientes, les pulsions, les tendances, finissent par triompher des "meilleures présentations des théories du bien être", si elles n'ont pas été traitées, incorporées, travaillées, canalisées comme des énergies à part entière.

 

C'est aussi la raison pour laquelle des petits scandales ont éclaté dans le domaine du bien-être santé, du fit game, car derrière la façade du sage zen hyper cohérent, travaillaient ces invincibles forces de l'inconscient.

On a pu voir des influenceurs qui faisaient la promotion du véganisme pendant qu'ils mangeaient de la viande dans le même temps, mentant à leur communauté. On a pu voir des influenceurs du partage et de "l'amour universel partagé pour tous" s'avérer être de vrais petits dictateurs, intolérants au possible, des égos hypernarcissiques surdimensionnés. On a pu voir des influenceurs sportifs qui se présentaient comme "naturel" pendant qu'ils prenaient des anabolisants. On a pu voir des sortes de hippies faire l'apologie de l'abstinence de l'orgasme sexuel ((( et bien qu'il y ait réellement une sagesse sérieuse en cela mais là encore il s'agit de la sauce babacool new age qui dévoie et abatardi les choses ))) pendant qu'ils ont avoué bien plus tard qu'ils jouissaient fréquemment pendant qu'ils faisaient ces vidéos sur ce sujet. On a pu voir des influenceurs qui ont défendu tout et son exact contraire tout en essayant de maintenir une façade de cohérence en masquant cela par du "ça fait partie d'un cheminement", alors oui et je suis d'accord sur cette idée de cheminer, et donc de tatonner, de faire des erreurs, mais alors il ne faut pas présenter les choses comme absolues si on est en chemin. On ne peut présenter les choses de façon absolue que quand cela est éprouvé sur la durée, et là encore la modestie est de mise.

 

Réda

A la base je voulais être un dictateur de l'enchantement du monde, après avoir combattu et vaincu les faiseurs de ténèbres derrière leur masque de "bonté".

Puis, comme elle le fait à tous, la vie m'a rendu plus humble, et j'ai alors décidé d'être le PDG de Jakadibio, pour me consoler !

Rate this item
(0 votes)

Rechercher

Line
To Top