Line
Soyez : [ Pragmatique ] pour Maîtriser votre Mental et vos Actes
15 Aoû

Soyez : [ Pragmatique ] pour Maîtriser votre Mental et vos Actes

 

Il n'y a rien de plus déroutant que le wagabondage intellectuel, les abstractions pour les abstractions, les émotions débridées, les actions aveugles, les tiraillements des ombres du passé et celles du futur.

 

La sagesse dans la simplicité

On aime tous l'idée que les grandes recettes de vie se trouvent dans des sagesses cachées loin dans les fins fonds de la pensée. Mais ce n'est là qu'une vanité de l'esprit, ainsi qu'un résidu du langage hermétique qu'ont utilisé les sages pour masquer leur savoir et ne pas le laisser accessible aux malfaisants. Ce peut-être aussi une tendance des intellectuels savants et pédants qui veulent mystifier leur connaissance afin de créer la plus grande distance avec les classes sociales inférieures, par simple stratégie de distinction et mépris de rang. Ce sont des fumigènes, le feu est simple, la grande fumée autour agit dans beaucoup de cas comme un bluff, une enflure.

 

Les faits

Contrairement à ce qu'on peut croire, c'est souvent l'éloignement des faits, par les émotions et les interprétations intellectuelles tronquées ou faussées par les pulsions émotionnelles inconscientes, d'instincts mal guidés, qui plongent dans des travers ponctuels, des ratés de vie, dans des disgraces, des souffrances suite à de mauvaises manoeuvres dans la vie, mauvais choix dans plusieurs domaines.

 

Illusion de contrôle

Nous n'aimons pas reconnaître que nous y voyons mal, que nous ne sommes pas aux commandes, mais la plupart de nos actions, soit-disants propres opinions, nos choix, nos réactions sont bien de notre fait, et pourtant nous agissons et pensons par les forces de notre inconscient et par les déterminismes sociaux. Toute la psychologie le confirme [Jung, Charcot], ainsi que la sociologie [Pierre Bourdieu]. Nous sommes des quasi somnembules croyants être réveillés. Et à vrai dire, même [Platon] le disait à sa manière avec sa fameuse Caverne.

 

L'esprit est fils du pragmatisme

Tous les plus grands peuples, et même les plus grands peuples de penseurs, Allemands, Anglais, Japonais, Grecs Antiques... que l'on pourrait donc estimer comme étant des cerveaux déconnectés du réel, sont au contraire les peuples les plus pragmatiques. Ne parle-t-on pas de réalisme Allemand, ou Anglais ? Ces peuples ont tendance à maîtriser la technique, la pratique, et ce sont ces mêmes peuples qui ont accouché des plus grands génies philosophiques. Est-ce une contradiction ? pas du tout. Au contraire, c'est le prolongement intellectuel de l'esprit pragmatique. Ce qui organise le chaos de la matière, élabore aussi le chaos intérieur. Si le Verbe (Logos) est devenu Chair, la Chair aussi devient Verbe.

 

L'élévation est fille de l'organisation terre-à-terre

La pensée pratique engendre de la subtilité, de la beauté, de l'harmonie, de la puissance cadrée, irrémédiable, de l'élévation, tout en demeurant pareille à elle-même : pratique. Tandis que les peuples irrationnels ont stagné dans des états sauvages, rudimentaires, sans contours bien définis, en friche, en terrain vague, en proie aux pulsions primaires sans canalisation, et n'ont pu ériger de haute pensée, d'ordre supérieur, de dynamiques organisées.

 

Goëthe

Je ne sais parler de Goëthe, comme peu de personnes n'arrivent à parler longuement de Goëthe, je ne sais pas pourquoi. On dirait que Goëthe se lit, s'incorpore à notre pensée naturellement et vit en nous, et puis c'est tout. Ce n'est pas un philosophe duquel on peut palabrer des heures. Et bien, ceux qui l'ont lu vraiment comprendront, Goëthe, chez qui le retour au réel, le plus trivial même, le retour au concret, la réalité basique et immédiate, est toujours un impératif urgent, à régler au plus vite, et avec cela, avec ce pragmatisme terre-à-terre comme trouver un endroit où dormir, se mettre à l'abri, assurer son pain quotidien, trouver un travail, prévoir ses besoins futurs, ne pas s'abandonner aux plaisirs sexuels bestiaux sans se priver d'aimer la beauté, c'est avec ces choses simples qu'il ouvre aux plus grands espaces inexplorés de l'esprit, et avec quel état d'esprit façonner un ordre grandiose, où on entre dans la vie et dans l'esprit comme dans une cathédrale où l'agencement pratique de la pierre devient le sanctuaire des forces de l'univers.

 

Socrate, à y regarder de près, avec sa maïeutique, déduisaient le Bien, le Beau, le Vrai, à partir d'un raisonnement tout à fait pratique.

Les physiciens antiques déduisaient des principes de la Création de la nature à partir du raisonnement logique et de l'observation pratique, poussés à leur paroxysme.

Le cas Français, sublime genre, avant son délabrement total au 21 ème siècle dans les méandres de la morale égalitariste gauchiste, le cas Français disais-je est un cas tout à fait à part, comme un géant svelte et espiègle, qui a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, qui a agit de façon pragmatique tout en poétisant. Ce grand ordre du raffinement, notamment de la Belle époque qui le contient tout entier.

 

Le pragmatisme dans la vie intérieure

Le pragmatisme ne fonctionne pas seulement pour les affaires matérielles. Il doit fonctionner d'ailleurs et d'abord, dans la tête, le psychique, l'intérieur, l'invisible de notre être.  C'est même de là qu'il émane, de la tête, comme Athéna née de l'esprit (la Tête) de Zeus, et devenue déesse de l'intelligence, mais si cette conscience pragmatique n'est pas travaillée, exercée, mais laissée en proie aux pulsions animales, aux émotions irrationnelles, aux instincts sans bride, aux réactions primaires dans un système complexe, alors elle est un oeil, mais un oeil myope. Les grands hommes pragmatiques, qui ont fait les plus grands hommes de l'Histoire humaine, ont eu et travaillé cet oeil qui voit de façon factuelle, et raisonne de façon factuelle et rationnelle, indépendamment des forces pulsionnelles du corps humain.

 

L'inconscient est plus fort mais peut être guidé

Et comme Nietzsche, qui a si bien compris cela lorsqu'il parle de l'innocence du devenir, de la prégnance de l'instinct, des passions (émotions) du corps jusqu'à l'esprit qui ne serait selon lui qu'un prolongement subtil du corps animal, mais ce n'est pas contradictoire que de noter la prédominance de ces pulsions inconscientes, au contraire, c'est cohérent. C'est à dire que prendre en compte notre irrationnalité inconsciente c'est déjà être pragmatique, c'est déjà voir ce fait : que nous sommes poussés et même orientés par ces forces occultes en nous. Si on n'est pas conscient que notre inconscient est plus fort, on ne saura pas le guider. Comme le cheval est plus fort que le cavalier, mais le cavalier en maîtrisant son cheval, le guide, non par la force brute, mais par le dressage et une fine bride...

 

Connais-toi toi-même

S'étudier soi-même, se connaître soi-même, de façon pratique, du corps physique aux états d'esprit, c'est même une condition pour manoeuvrer et créer bien à propos dans le monde matériel, une condition pour mener une vie d'homme. Une conscience. Et développer son l'accuité de notre oeil-conscience pratique, oeil-conscience sur notre corps et ce qui vit dans notre esprit, et le commander, cela est l'oeuvre de notre vie, la clé du monde terrestre et peut-être même du monde des cieux.

 

Comment faire ce travail sur notre inconscient ?

Un tel travail d'une vie ne peut être circonscrit en un seul article. Ci-dessous sont dites les principales étapes qui renvoient à des articles à part entière, par thème.

 

♠ Reconnaître que la plupart de vos actions, comportements, états, émotions, pensées proviennent de votre inconscient.

♠ Reconnaître que vous n'êtes pas un saint/une sainte, que vous avez un côté obscure, inavouable, derrière l'identité de bonne personne que vous vous êtes fabriquée pour vous-même et derrière le masque social que vous avez fabriqué pour les autres.

♠ Commencer un travail sur soi

Exemple :

{avant propos : je suis, tu es, nous sommes tous comme cela, mail y a juste ceux [rares] qui font ce travail pour s'élever et ceux qui restent dans un état primal sans jamais pouvoir se développer au-de là des tiraillements de leur inconscient}.

C'est en exerçant votre conscience de vos états, vos comportements, vos émotions, vos pensées, vos actions - au quotidien - sans mauvais ni bon jugement, un oeil neutre qui observe, afin d'amener à la conscience ce qui est inconscient. Ce travail est un travail d'attention. Ne plus vivre inconsciemment de ce qui vous traverse, de ce qui vous fait bouger, mais être conscient. Bizarrement, au début ce n'est pas à partir de vous-même que vous allez regarder, mais en observant comment vous réagissez aux autres et aux situations, particulièrement celles qui vous insupportent, ceux que l'ont critique souvent, ceux qui génèrent en nous les plus fortes émotions, et reconnaître que c'est ce que vous êtes aussi. Et qu'il n'y a là rien de mal, au contraire, vous n'étiez qu'en train de projetter sur les autres votre propre attitude. Si vous voyez des gens arrogants partout et que cela génère fréquemment en vous de fortes émotions de répulsions, c'est que votre conscience rejette votre propre arrogance, celle que vous aviez refoulée dans votre inconscient et que les autres réveillent à chaque fois. Les autres peuvent avoir des comportements arrogants, mais si cela n'était pas en vous, cela vous dérangerait mais sans déclencher ces fortes émotions de rejet. Vous devez accepter votre arrogance, qui est peut-être un orgueil refoulé dans la jeunesse pour vous conformer aux besoins de la vie sociale, faire complètement la paix avec ce côté "obscure", l'amener à la lumière, et faire la paix avec lui, en disant que c'est vous aussi qui êtes comme ça. Une fois que vous aurez accepté cette part de vous, reconnue grâce aux autres, alors comme par magie lorsque vous sortez il n'y a plus tous ces gens arrogants, ils ont disparus, les personnes pédantes ne génèrent plus cette rage chez vous. C'est le même processus pour l'agressivité, le comportement violent, la jalousie, les bouffeurs d'énergie, les obsédés sexuels, les fainéants, les grossiers, etc...

 

♠ Vivre au présent. En sachant, contrairement à ce que l'on pourrait croire, que c'est aussi la meilleure façon de traiter le passé et le futur.

 

♠ Pratiquer une activité physique énergétique, comme le Qi Gong.

 

♠ Retrouver un rapport équilibré à la sexualité, renoncer à l'obsession sexuelle, la bestialité sexuelle permanente, la vulgarité, l'exhibition et l'obscénité sexuelle, la pornographie, la jouissance sexuelle fréquente, véritables gouffres de l'énergie vitale, perdue et donc absentes pour relever les différents plans de l'existence, la force vitale du quotidien.

 

♠ Développer un esprit rationnel, être pragmatique, incarner ses valeurs dans la pratique, physiquement.

 

♠ Naître de nouveau, éveiller notre être spirituel, notre énergie spirituelle, entité au-de là de la dimension terrestre mais connectée au terrestre, et surtout - ne pas se méprandre - vécue au travers du monde matériel et physique, toujours.

 [C'est pour ceux qui consentent à une vie spirituelle dans ce monde ultra matérialiste - Je sais bien qu'en France et dans l'Occident évoquer l'esprit est tabou. Une réaction réfractaire, moqueuse, méprisante arrive tout de suite, mais ces considérations sont seulement des considérations d'époque, et non pas un absolu. Je parle pour ceux chez qui cela fait sens et écho naturellement. Quant à ceux qui n'entendent pas les choses de l'âme, alors tout le reste de la démarche reste effective et édifiante, vous pouvez faire l'impasse sur le spirituel sans en perdre le reste]

 

 

trouve toi toi même

 

 

Être

Socrate a repris l'Oracle de Delphes : Connais-toi toi-même.

Nietzsche a mis cela en perspective de façon dynamique : Deviens qui tu es.

Précision pour ceux qui ne sont pas familiers de Nietzsche.

Chez lui, Héraclite n'est jamais loin, et l'idée de devenir, et donc l'impermanence, l'évolution perpétuelle pour le meilleur et pour le pire, est inévitable.

Donc le Deviens qui tu es, ici, doit être compris comme une dynamique perpétuelle.

On doit toujours devenir qui on est, on a toujours et sans cesse à le devenir, il n'y a pas d'état stationnaire, ou du moins pas longtemps.

Toujours cette idée donc de dépassement de l'état présent vers le haut. Véritable esprit de combat pour la pensée et action humaine, dans un esprit de noblesse.

Mais il faut rompre avec cette idée de tiraillement, de se forcer, de se malmener pour y arriver ! Au contraire, comme dans le Tao, qui agit sans agir, qui est fort sans violence... Puisque notre être est lui-même devenir, il cherche naturellement à être, et être c'est devenir ce que l'on est.

Ainsi, plus nous nous connaissons, nous-nous trouvons, alors nous devenons qui nous trouvons, nous le connaissons en le devenant, plus cet être devient libre d'être, et en étant : il devient, il se réalise, toujours et sans cesse en évoluant, en expérimentant la vie physico-spirituelle.

 

Je me permets de poser comme préalable : Trouve-toi toi-même. Je sais bien que se connaître c'est se trouver, mais je préfère y associer l'idée de localisation, cela précise et donne corps et espace à notre moi-profond. On se trouve dans notre inconscient. Apprendre à détecter, connaître et maîtriser ce qui relève chez soi de l'inconscient et faire les liens entre l'inconscient et le conscient, les faire travailler ensemble, donner une issue canalisée aux forces réprimées, et ainsi laisser devenir qui nous sommes, notre pire et notre meilleur, transformer nos pulsions "négatives" dans une manifestation "positive" (( socialement acceptable, et spirituellement élévatrice )), soit donner vie à nos deux polarités, notre être complet.

 

 

ici la suite, prochainement...

Réda

A la base je voulais être un dictateur de l'enchantement du monde, après avoir combattu et vaincu les faiseurs de ténèbres derrière leur masque de "bonté".

Puis, comme elle le fait à tous, la vie m'a rendu plus humble, et j'ai alors décidé d'être le PDG de Jakadibio, pour me consoler !

Rate this item
(0 votes)

Abonnez-vous aux news JakadiBio !

Line

Rechercher

Line
To Top